Close

Elisabeth Duchesne : « se fixer un objectif de moyens »

Après de longues semaines de confinement, la reprise du sport, alors que le retour à la normale n’est pas encore pour demain, peut générer de réelles inquiétudes. Nous avons donc posé quelques questions à Elisabeth Duchesne, hypnothérapeute et coach professionnel et personnel à l’IMSS.

Elisabeth duchesne

Elisabeth, alors que le déconfinement s’accélère, doit-on avoir peur de contracter le virus en refaisant du sport ?

À partir du moment où l’on respecte les consignes sanitaires, il faut se rassurer. Il ne faut donc pas se bloquer dans sa vie sportive par rapport à l’état des lieux car il y a toujours des facteurs extérieurs qui traversent notre vie. L’idée est donc de respecter les gestes barrières et à partir de ce moment-là adapter sa pratique. Pendant le confinement et même depuis le déconfinement, j’ai vu beaucoup de sportifs que j’accompagne travailler autrement, détourner des exercices, quand cela leur était possible, pour continuer à pratiquer. Surtout, l’idée est de ne pas rester bloqué et ne pas se créer de blocage mental qui peut devenir, à terme, une croyance et s’ancrer comme telle. Il faut se faire confiance.

La période que l’on vient de vivre a cependant pu éprouver les organismes et les esprits de ceux qui n’étaient pas concernés directement par la maladie… 

Cette période a été une expérience vraiment exceptionnelle pour les sportifs comme pour les non-sportifs. Cela a chamboulé beaucoup de repères. À la fois physiques puisque certains corps ont pu être au repos pendant deux mois tandis que mentalement, cela a pu apporter des peurs et des doutes. La peur de l’après, de la reprise de la vie en générale et de l’activité physique aussi. Néanmoins, cette expérience peut devenir quelque chose de bénéfique même si tout le monde ne vit pas ainsi. Elle peut permettre de changer son point de vue, sortir de sa zone de confort, voir que l’on a des capacités de changement, que l’on sait s’adapter, innover, que l’on sait travailler de manière différente.

Comment réussir à renouer le fil à présent ?

Certaines compétitions ont été déplacées, d’autres ont été purement annulées. Il faut faire avec dans l’entraînement. Il faut alors se fixer un objectif de moyens plus que de résultat. Il faut déterminer un objectif qui permet d’atteindre un résultat mais pas LE résultat. Il faut travailler sur le cheminement pour y arriver. Et je ne parlerais pas d’indulgence par rapport à soi-même mais plus de se fixer des points de passages réalistes et réalisables. Si ce n’est pas réalisable, cela va générer de la frustration et une boucle de croyances va se mettre en place et on va s’enlever la positivité. On va se saboter. De bonnes pistes de travail et certains des sportifs que je suis l’on fait pendant les derniers mois, c’est de travailler sur l’autohypnose ou la méditation. Cela permet de se concentrer sur soi, d’écouter son corps et de se concentrer sur la performance et l’apprentissage.